ARMES PRIMITIVES & SURVIE

Armes paléotithique - Yaka Survie -

Les armes primitives ! Une situation de survie peut nécessiter des actions d’attaques de défenses ou de chasses pour subsister. Il faut être conscient que l’on doit tuer pour survivre. Le but étant de le faire de la manière la plus efficace et la plus propre possible.  

Alors, savoir fabriquer des armes avec les moyens que l’on aura à sa disposition est donc une compétence qu’il ne faut pas négliger. Suivant ces moyens, elles seront plus ou moins complexes à réaliser.

Dans cet article on va vous en présenter certaines pouvant être fabriquées avec un minimum d’outillage. On les désigne comme armes primitives. Mais attention primitives ne veut pas dire inefficaces. Et, bien souvent plus l’arme est facile à fabriquer, plus les contraintes et les difficultés liées à la chasse, comme la distance de tir assez courte et la précision, sont compliquées. 



Un classement non exhaustif de fabrication de la plus simple à la plus compliquée est présenté ci-dessous.

  • La pierre ;
  • Le gourdin ;
  • Le pieu ;
  • La lance ;
  • Le harpon ;
  • Les Bolas ;
  • Le bâton de jet ;
  • Le lance pierre ;
  • Le propulseur et sa sagaie ;
  • L’arc et sa flèche.


La pierre


La plus simple à fabriquer puisqu’il n’y a qu’à se baisser pour en trouver. Utilisé comme projectile depuis des milliers d’années par l’homme on peut penser qu’elle fut la première arme de jet. Utilisable aussi comme arme de contact, elle a le gros avantage de ne demander aucun matériel ni aucun effort pour la fabriquer. Néanmoins la portée est limitée à quelques mètres et le choix de l’animal qui sera plutôt petit. L’utilisation demande un entrainement certain pour une bonne précision, mais très simple à mettre en place. Choisissez des pierres plutôt sphériques si possible, plus ou moins grosses suivant vos capacités physiques et la taille de la proie.

 



Le gourdin (la massue)


C’est un gros bâton, plutôt court et dont la partie qui sert à contusionner ou écraser est plus épaisse et plus lourde que le manche. C’est une arme de contact et contondante (non tranchante). Facile à fabriquer si l’on trouve du bois résistant aux chocs. Il impose par contre d’être au contact de sa victime. En dernière limite on peut jeter le gourdin sur sa proie à très courte distance afin de l’assommer ou de l’écrabouiller !!!

 

 



Le pieu, le harpon, la lance


De jets ou de chocs ces types d’armes sont assez similaires. Elles sont généralement fabriquées à l’aide d’une branche bien droite et bien dure.

Le pieu est un long bâton de bois rigide seulement épointée et durci au feu à une extrémité. C’est une arme de contact destinée à  être plantée dans sa proie.

Le harpon, également un long bâton rigide, sera utilisé essentiellement pour la pêche. Il est doté quand à lui d’une pointe en os, en bois dur, etc. munie de crochet pour empêcher la proie  de s’échapper du harpon.   

La lance est une arme constituée généralement d’un long bois muni d’une pointe ou d’une lame en pierre, os, fer, etc. pointue et/ou tranchante, reliée par ligatures. Traditionnellement malgré son nom elle ne se lance pas (par apport au javelot). Mais rien n’empêche en survie de l’utiliser comme arme de contact ou de jet sur quelques mètres. Mais vous avez le risque de casser la pointe.

 

Pointes harpons, pieu en bois - Yaka Survie -

Pointes harpons, pieu en bois – Yaka Survie –

                   



Les bolas


C’est une arme de jet comprenant plusieurs poids de formes rondes rassemblés par des cordes. Les poids peuvent être au nombre de 2 ou 3 boules (voir plus) en pierres, de poids égal voir différents. Les cordes sont de même longueur ou de longueurs variées.  

Les bolas à trois poids peuvent être élaborés avec une corde longue ayant un poids léger et deux cordes plus courtes avec des poids plus lourd (à préconiser). Mais on peut aussi les composer de trois cordes de même longueur et trois projectiles de même poids.

Cette arme est utilisée pour entraver les pattes des animaux par enroulement. Mais elle peut également occasionner des fractures ou assommer sa proie.

La technique de lancé la plus simple à maîtriser est de prendre dans la main forte le nœud reliant les cordes, et dans la main faible les poids. Il suffit de faire un seul tour d’élan au dessus de la tête avant de les lâcher en direction de la proie.

 



Le bâton de jet


Arme très ancienne, c’est un projectile qui se lance en tournant sur lui-même. Les pales offrent une portance et une portée accrue. Mais elles ne permettent pas de revenir vers le lanceur s’il n’a pas atteint son but (comme les fameux boomerangs qui sont aussi des bâtons de jets).

Il peut être constitué d’une simple branche ou d’une branche modifiée. De configuration droite, légèrement courbe ou franchement coudé pour prendre la forme d’un L ou en crosse. Il en existe de nombreux profils (circulaire, elliptique, biconvexe, plan convexe, rectangulaire…). Ils sont munie ou pas de poignée de préhension, dissymétrique ou symétrique. La portée dépendra donc de sa forme, de son profil et de son poids. L’envergure sera d’environ 50 à 60 cm pour un poids de 200 à 400 gr. Au final il en existe de multiples versions.

La patience, la pratique et l’observation sont des qualités essentielles pour  fabriquer un bâton de jet. Car il faut un bâton avec une trajectoire aérienne bien droite pendant plusieurs secondes sans courbe en final. Ce qui est nécessaire pour atteindre une cible avec précision.


Un bâton très simple : le bâton droit doublement épointé.

Voici un bâton de jet des plus simples à réaliser. C’est le bâton droit épointé aux extrémités. Il parait obsolète mais sera acceptable pour le petit gibier jusqu’à une quinzaine de mètres. Ayant un profil circulaire il fonctionne avec un entrainement par sa propre masse aussi est il conseillé de choisir un bois de haute densité comme le buis par exemple.

Bâton de jet à fabriquer si on a peu de temps, peu et/ou pas d’outils. Il suffit de choisir un morceau de bois de 2 à 3 cm de diamètre, d’une longueur d’au moins 50 cm et de tailler les pointes. Pour finir on peut le polir en frottant dessus un os, un morceau de verre ou une pierre lisse pour une meilleure pénétration dans l’air.

Bâton simple - Yaka Survie -

Bâton simple – Yaka Survie –


Un bâton en forme de « L » :

Si on a du temps et quelques outils (couteau, machette, hachette) le bâton en forme de « L » et un bon compromis entre la difficulté de fabrication et l’efficacité. Le plus difficile est de trouver une forme en « L » la plus plane possible. Ensuite dégrossir les deux faces du bois pour les mener au final après polissage à une épaisseur de 1 à 1,5 cm suivant la largeur, l’envergure et le poids (entre 300 et 400 gr). Le plus simple et de faire un profil rectangulaire qui sera efficace, le tout en assurant une bonne stabilité pour atteindre des distances respectables (jusqu’à 50m). Même si atteindre une proie à 50 m relève d’une gageure.

 



Le lance-pierre


Bien que n’étant pas une arme aussi primitive que celles présentées ci-dessus puisque elle est liée à l’invention de matériaux élastiques, le lance pierre est une arme très intéressante en situation de survie.

Facile d’utilisation et à fabriquer,  il donne au projectile une plus grande puissance et précision.

Il suffit d’un manche avec deux branches en « V » sur lesquelles viennent se fixer des élastiques reliés à une bande souple. Généralement en cuir ou tissu (pour accueillir le projectile). 

Concernant l’élastique, un garrot veineux (pour les prises de sang) que l’on aura dans sa trousse santé ou certaine chambre à air conviennent parfaitement.

Le lance pierre permet de chasser de petites proies comme des oiseaux, lièvres, écureuils… .

L’avantage de cet arme primitive est que sa fabrication est simple, son usage ne nécessite que peu d’entraînement et que l’on vise assez rapidement de façon précise.



 CONLUSION


 

Pour toutes ces armes primitives une distance de tir n’excédant pas une quinzaine de mètres reste plus que raisonnable surtout si l’on manque d’entrainement.

Le choix de ou des armes à confectionner  dépendra de plusieurs facteurs comme :

  • la situation dans laquelle on se trouve ;
  • les matériaux et les outils à disposition ;
  • le type d’animaux repéré ;
  • l’entrainement préalable que vous aurez.

 

Évidemment savoir et pouvoir réaliser des armes primitives en situation de survie c’est bien. Mais avoir la capacité de les  utiliser efficacement et aussi une chose à ne pas dédaigner.                         

Pour cela, Yaka Survie vous donne la possibilité de fabriquer et de tester certaines de ces armes primitives en toute sécurité et de façon ludique. Cela vous permettra de vous rendre compte de leurs performances et que primitive n’ai pas forcément un synonyme d’obsolète … .

Donc si vous voulez jouer à « l’homme des âges farouches » n’hésitez pas, Yaka est là. 

NB : à propos du propulseur et sa sagaie ainsi que de l’arc et sa flèche, la confection de ces armes fera l’objet d’un prochain article. Effectivement leur fabrication légèrement plus compliqué demandant plus de dextérité de temps et/ou  d’outillage doit être traité de façon plus précise. Voila la fin de cet article sur les armes primitives !

Regis pour YakaSurvie

En vidéo sur la chaine YouTube

 

Articles Similaires
7 Commentaires
  1. Avatar general ledger accounti

    This is the perfect webpage for anyone who hopes to find out about this topic. You understand a whole lot its almost tough to argue with you (not that I actually will need to…HaHa). You definitely put a brand new spin on a subject which has been discussed for decades. Excellent stuff, just great!

  2. thank a lot for your internet site it assists a whole lot.

  3. I enjoy this site – its so usefull and helpfull.

  4. Avatar AffiliateLabz

    Great content! Super high-quality! Keep it up! 🙂

    1. Thank you very much, it’s always a pleasure. We look forward to seeing you to test with us.

      1. Thanks for your comment, it will be a real pleasure for us too to make you discover!

    2. Thank you very much, we still hope to meet the expectations of our readers.

Laisser un commentaire